Dark Light

Poèmes de Mouaffa Chourbagui

by Mouaffa Chourbagui

Le djihad aquatique

À la recherche du thon perdu (quand l’amour ne fut que goutte)

Compositrice de mes battements de coeur, sois tendre à mon égard
Désarmé par ton charme, je n’ai plus de rame, je n’ai plus de phare
Reine sucrée de l’îlot interdit, sois délicate avec ma passion
Car même l’ombre de ton éclipse, provoque futile natation
Quel assassin tenace, ce parfum émanant de ton corps
Dévorateur de mon libre arbitre, bourreau de mon sort
Quel dictateur coquin, ce visage rayonnant de beauté
Monopolisateur de mes yeux, matelot de mes pensées
Je suis condamné à barboter dans ton océan en souffrance
Tel un naufragé savourant les derniers souffles de ta clémence
À naviguer en spirale comme un Soufi virevoltant pour le divin
Pour déguster de nouveau la seconde éternelle de ce baiser lointain
Mais hélas, quel tourment oiseux cette brasse à contre-courant
L’amour est cendrier quand les cendres ne brûlent plus présent
Mais je nage toujours et je nagerai encore en quête de La Vague
Car l’espoir réside dans l’écume, lorsque le coeur est pris en madrague


Freestyle riche / pauvre

Les riches ont des droits humains, les pauvres se prennent des droites humaines
Les riches bavardent sur les chaines, les pauvres bavent hard sous leurs chaînes
Les riches ont des passeports, les pauvres dépassent pas les ports
Les riches se font des couilles en or, les pauvres se font des nouilles encore
Les riches sont Nacelliens*, les pauvres sont Nassériens
Les riches marinent leurs pains, les pauvres Marine Le Pen
Les riches s’enferment avec des gardes dans des châteaux,
Les pauvres gardent le sang ferme pour des lattes d’eaux
Les riches sont prétentieux, les pauvres se prêtent aux cieux
Les riches sont lésineux mais les pauvres sont les haineux?
Les riches ont des femmes trophées, des cagoles de St Tropez trop faites
Les pauvres ont des femmes trop rondes, ultra-fécondes silhouettes
Les riches aiment les militaires, les pauvres âmes militent dans l’air
Mais je vais te dire quelque chose mon frère, les riches ont peut-être toute la terre
Mais quand ça vient à la vie et quand ça vient à l’âme, le riche devient mendiant, car le riche n’a pas de rame
Et quand ça vient à l’amour sincère d’une femme, le riche devient quémandant,
Car on peut posséder un joli trou, mais on ne peut pas acheter sa flamme

* référence à la boîte de nuit du Caire ” Nacelle “


Le mal aimé

Je suis un athée en Égypte, un noir aux États Unis, un
musulman en France, un juif au Qatar, un Palestinien en
Israël, une prostituée à la Mecque, un Arménien en Turquie,
un Turc en Grèce et une femme dans un stade de foot.
Je suis celui qu’on ne veut pas qu’il soit.


Slam avec ‘con’

Je contemple continuellement le contemporain
Afin de comprendre le contrat entre mes confrères humains
Les conflits qui contaminent constamment notre sort
Devant mon computer, je compute les heures qui conduisent à ma mort
Je suis un concierge qui veut conquérir Constantinople
Conscient du combat colossal pour conclure au top
Mes concurrents sont des conservateurs confortablement constipés
Aux comportements et concepts combustibles à la convivialité
Je consacre donc ma constance à une concubine confidentielle
Au consensus qu’on s’en suce des contraintes conventionnelles
Une concupiscente compagne à consonance compassionnelle
Où confiant, je croque et convoque ses contours confituriels
Ma conviction, conformer au contraire du consortium
Ma conscription, composer mon propre concert d’homme
Mes Converse conjuguent mes pas, je suis la conclusion de tout compas
Aucun con ne peut me vaincre ou me convaincre de son agenda

 

Related Posts

Ici le Caire

Avais-je réellement pénétré au coeur de la politique? Une question que je me posais. Plus que jamais, je…